Le cas Soapwalla

O rage, O désespoir. Quand tu as enfin trouvé ton Saint Graal, que tu es heureuse et qu’un évènement tragique se produit, tu te retrouves désemparée.

Tel a été mon cas.

Après des semaines de recherches pour trouver LE déodorant parfait, celui qui ne me lâchera pas après ma demie-heure de vélo du matin pour aller au boulot, ou pendant mes heures de sport, ou tout simplement au quotidien avec des températures avoisinant les 40 degrés dans le sud, c’est finalement Hélène dans une de ses vidéos qui m’a donné envie d’essayer ce déodorant bio qui avait l’air absolument magique. Puis la blogosphère s’est entichée de ce déo et j’ai fait le mouton à mon tour!

ImageCommande sur Bazar Bio pour mon amoureux et moi (bon 15€ le déo, ça fait un peu cher quand même les gars), reçu très rapidement et essayé le jour même. Déjà, ça sent fort la nature puisque effectivement, le produit est exclusivement fait avec des ingrédients bio, végétariens, de qualité alimentaire tels que des huiles naturelles, des argiles, des poudres, des extraits de plantes et des huiles essentielles. Je me dis jusque là que franchement, ce truc part déjà très bien dans mon estime. Puis à l’application, ça surprend un peu, ce n’est plus un spray ou une boule à rouler sous l’aisselle mais une sorte de pâte granuleuse à appliquer avec les doigts, et bien faire pénétrer le produit pour un résultat efficace. Je suis partie vaillante sur mon vélo sous 25 degrés pour arriver au boulot telle que j’étais en sortant de ma douche: fraiche et je sentais bon. J’étais conquise. Puis le mercredi soir suivant, cours de sport avec step et cardio. Fin du cours, je transpire un peu (faut pas déconner, c’est quand même du sport où on fait marcher le cardio à fond) mais au niveau odeur, rien.

Ma vie reprend enfin un sens ♥

Bon j’exagère un poil mais franchement, je me dis que j’ai enfin trouvé un produit vraiment efficace et dont la composition ne frôle pas le cancer assuré d’Etiaxil (caca).

Sauf que…

Au bout de 3 semaines, j’ai commencé à sentir des petits picotements, je me suis dit que c’était le combo épilation/déodorant qui prenait du temps à faire bon ménage. Puis les jours suivants, les picotements devenaient de plus en plus insupportables jusqu’au jour où en me levant, mon aisselle était devenue rouge écarlate et me faisait un mal de chien. Un petit tour sur le net et après quelques minutes de recherches, j’ai pu m’apercevoir que Soapwalla était miraculeux pour certaines et un calvaire pour les autres. Beaucoup ont eu exactement la même réaction que moi, c’est à dire probablement une allergie aux huiles essentielles ou à l’argile sauf que apparemment tout s’est déclaré beaucoup plus rapidement pour les utilisatrices, moi ça a mis un mois pour faire une réaction. Et alors bonjour l’angoisse quand tu calcules que ton aisselles est foutue, que tu ne peux rien appliquer dessus sous peine de hurler ta maman et que le thermomètre affiche des chaleurs de malade ….

Ben le petit miracle c’est le talc. 3 jours sans déodorant, juste du talc pour absorber l’humidité et calmer la peau qui a souffert et basta!

Depuis, je me suis rabattue sur le déodorant bio Nuxe mais il n’a réellement pas la même efficacité que le Soapwalla qui restera mon plus grand regret. Si d’ailleurs vous connaissez un équivalent qui ne fera pas tomber ma peau, je suis vraiment preneuse les filles!

A très bientôt pour un nouvel article: Ou comment Caudalie a sauvé ma vieille peau pourrie de ces derniers mois.