Mon père, ce héro.

Grandir sans père, c’est grandir avec un vide omniprésent. Qui m’emmènera à l’autel le jour de mon mariage? C’est pourtant bête, je n’ai pas spécialement envie de me marier mais j’ai pensé à ça quand il est parti. Je t’imagine toujours comme l’image que j’ai gardé de toi il y a 12 ans, l’homme qui fait des blagues, toujours souriant, toujours aimable, toujours serviable, accessible, sensible et aimant.
J’aurais aimé te connaitre aujourd’hui, maintenant que je suis en âge de comprendre certaines choses, j’aurais aimé te poser mille questions sur l’amour, sur la vie, sur ta façon d’aimer les gens, j’aurais aimé savoir si ce que je deviens te plait, si tu es fier de moi. C’est cliché mais ces choses là sont importantes, savoir que tu veilles sur moi. Je ne pense plus tous les jours à toi mais quand je le fais, j’ai toujours ce sourire au coin des lèvres qui me rappelle que je te ressemble et que ça me plait.

Publicités